Nos différentes représentations internes à notre sujet peuvent être très variables

suivant les domaines et les types d’activités.

Nous possédons tous un certain degré de confiance en soi, en notre valeur et en nos capacités, qui varie en fonction de notre personnalité (entre autres, de notre tempérament), mais aussi de notre vécu. Certains sont en effet plus sensibles à leur environnement, d’autres sont plus résilients. Les uns ont une confiance et une estime de soi réalistes dans certains domaines, mais une confiance en soi exagérée dans d’autres. Nos actes, nos décisions, et nos réactions aux remarques ou aux paroles d’autrui traduisent souvent ce niveau de confiance ou d’estime de soi.

Mais elles restent au coeur de la confiance en soi et donc de la réussite de nos projets.

Les représentations positives de soi favorisent le bien être psychique. Les représentations négatives de soi dépendent souvent de "schémas précoces inadaptés", c'est à dire de fausses représentations de soi construites tôt dans l'enfance.

Il existe souvent des ressentis de culpabilité, surtout pour les personnes ayant subi des traumatismes (encore plus s’il y a eu atteinte au schéma corporel, comme dans le cas des viols ou sévices corporels) ; cette culpabilité n’est pas seulement gravée dans la mémoire, mais aussi dans la jonction temporo-pariétale, zone de l’empathie. Ce sont ces ressentis qui poussent les victimes de traumatismes à douter d’elles mêmes, à subir pendant de longues années des questions intrusives. Les femmes sont plus particulièrement victimes de ces traumatismes, et leur confiance en soi peut parfois s’écrouler au moment de la grossesse ou à l’arrivée de leur 1er enfant.

Certaines croyances peuvent réduire à néant un capital confiance dans certaines situations ; les schémas les plus courants sont les schémas de déficience, ( “je ne suis pas capable de”), ou de dépendance “je ne peux pas m’en sortir sans aide”. Il est aussi courant de souffrir de la peur du regard de l’autre et d’éviter certaines situations sociales redoutées.

Comment avoir confiance en soi ?

Comme les schémas et la culpabilité ont été développés à un très jeune âge, ils représentent des vérités absolues, difficiles à combattre. Ils sont durables, et altèrent les expériences plus récentes, car nous avons besoin de certitude et de confirmation de nos représentations mentales. C'est ainsi qu'une information qui est compatible d'un schéma est retenue, amplifiée, et généralisée à d'autres situations que celles qui lui ont donné naissance. alors que l'information incompatible du schéma sera négligée, voir ignorée. Et ce cercle vicieux creuse le lit du manque de confiance en soi.

Pour retrouver ou augmenter la confiance en soi, les traitements psychologiques diffèrent suivant l’existence ou pas de traumatisme, leur nature et leur nombre. S’il n’y a pas eu de traumatismes, ni de harcèlement répété et prolongé, quelques séances de TCC sont très souvent suffisantes. Dans le cas contraire, il faut souvent combiner plusieurs thérapies (EMDR, TCC, et notamment la thérapie des schémas de Young…)

Ce test explore toutes les facettes de l’estime de soi, de la confiance en soi et des croyances sur soi.

Avant de réaliser votre test d’image de soi, vous devez avoir réalisé le test : Guide (gratuit). Mais pour connaitre vos ressources et points forts, il est conseillé de passer les tests vous permettant d’obtenir votre bilan complet de personnalité.

Si vous avez réalisé le bilan de tempérament/personnalité, notre psychologue pourra vous conseiller lors d’une consultation en ligne gratuite :