Quelles forces émotionnelles et motivations nous poussent à poursuivre nos buts ?

Nous sommes souvent capables de soulever des montagnes, mais nous ne le savons pas toujours. Les recherches récentes dévoilent comment certains de nos traits de tempérament sont particulièrement impliqués dans la volonté, la persévérance, le dépassement des échecs, la poursuite des buts et finalement, la réussite. Ces motivations restent la plupart du temps inconscientes. Elles peuvent s’avérer trop faibles pour dépasser certains obstacles mais aussi parfois trop fortes. Dans certains cas, elles peuvent nous diriger vers des scénarios répétitifs, ou des comportements d’addiction (achats compulsifs, jeux, alcool, substances, Internet, etc..).

Des forces puissantes maintiennent l'énergie nécessaire pour poursuivre et atteindre nos buts.

Ces motivations mobilisent notre corps pour l'action, et orientent nos explorations, physiques ou intellectuelles.

Chacun d’entre nous peut utiliser ou développer ces forces fondamentales. Les connaître est un avantage pour faire les bons choix et saisir les opportunités, que ce soit au niveau personnel ou professionnel. Toute orientation ou reconversion professionnelle doit en tenir compte.

Evaluer les différents types d’impulsivité, et la persévérance face à l’adversité

Testez ces traits de tempérament afin dévaluer vos chances face aux situations adverses.

L’impulsivité peut être fonctionnelle ou au contraire dysfonctionnelle. La plupart des tests psychologiques disponibles sur Internet mesurent mal l’impulsivité car ils ne font pas la distinction entre les 5 types d'’impulsivité qui ont été découverts récemment. Le test lucyetic génère votre profil pour ces 5 types d’impulsivité. Les conséquences de ces différents types d’impulsivité dépendent aussi des capacités de gestion des émotions.

Le test de forces et motivations lucyetic vous permet aussi d’évaluer votre intérêt et votre réactivité à la récompense.

Ces deux forces sont liées à la réussite et au niveau d’intelligence générale, mais aussi, pour des niveaux trop faibles à la dépression et pour des niveaux extrêmement forts aux addictions comportementales.

Les processus de peurs, d’évitement et de phobies

Nos attirances peuvent être contrariées ou inhibées par certaines émotions

Notre cerveau intègre un circuit spécifique pour générer des alertes face aux dangers ou aux menaces.

Ce système de peurs (alertes) a permis à l’être humain de survivre à de nombreux dangers au cours de l’histoire de l’humanité.

Mais ce système d’alerte peut s’avérer quelquefois un peu trop performant chez certaines personnes.

Celles-ci vivent des situations banales comme présentant des risques importants, comme si leur système d'évaluation des risques était faussé par des biais cognitifs. Le plus souvent, ces personnes apparaissent comme seulement craintives ou inhibées. Mais c'est aussi dans cette population que se trouvent ceux qui souffrent de phobie ou d'état de panique, dans des situations non dangereuses (comme dans un magasin, ou face à une araignée, une souris, etc).